L’endométriose sort de l’ombre. Cette maladie gynécologique qui touche beaucoup de femmes est un vrai calvaire à vivre, surtout lorsqu’elle n’est pas diagnostiquée. Causes, symptômes, diagnostic et traitements, on vous éclaire sur l’endométriose !

L’endométriose est une maladie gynécologique qui touche 1 femme sur 10. L’endomètre est la muqueuse qui tapisse l’intérieur de l’utérus. À la fin du cycle menstruel, s’il n’y a pas eu fécondation, une partie de l’endomètre (qui se renouvelle constamment) est évacuée avec les menstruations.
Cependant, lorsque ce tissu se situe à l’extérieur de l’utérus, comme c’est le cas chez les femmes atteintes d’endométriose, les saignements n’ont aucune issue vers l’extérieur du corps. Le sang et les cellules endométriales qui se détachent peuvent irriter les organes avoisinants. Cela peut entraîner la formation de kystes, de tissu cicatriciel, ainsi que d’adhérences qui relient les organes entre eux et causent des douleurs.

Causes et facteurs de risque
Cette affection touche les femmes de 25 à 45 ans ayant pas ou peu d’enfants mais souvent un passé gynécologique opératoire, des règles précoces (avant 11 ans), longues, douloureuses, avec des cycles de moins de 27 jours.
Actuellement, personne ne peut expliquer pourquoi certaines femmes sont atteintes d’endométriose. Il est possible qu’un mauvais fonctionnement du système immunitaire et que certains facteurs génétiques soient en cause.

Symptômes
Ils peuvent être multiples et liés à la localisation de la maladie, chroniques ou périodiques, ou totalement absents dans les formes asymptomatiques, et leur intensité n’est pas révélatrice de la gravité des lésions.
Le symptôme le plus courant de l’endométriose (retrouvé chez 50 à 91% des femmes selon les études) est la douleur.
Cette douleur n’est pas une dysménorrhée primaire qui passe avec du paracétamol. Il s’agit bien souvent d’une douleur invalidante entraînant une incapacité totale ou partielle pendant quelques jours, voire, pour les cas les plus sévères, permanente et nécessitant le recours à des antalgiques puissants et même morphiniques.
Les principaux troubles et douleurs liés à l’endométriose
• Règles douloureuses et saignements
• Infertilité
• Troubles digestifs
• Troubles urinaires
• Fatigue Chronique
• Douleurs pelviennes et lombaires
• Dyspareunie (douleur lors des rapports sexuels)

Diagnostic
Le diagnostic de l’endométriose est complexe car la maladie revêt des formes variées. L’interrogatoire de la patiente par le médecin, gynécologue ou généraliste, doit pouvoir orienter le diagnostic : douleurs pendant les règles, pendant les rapports sexuels, troubles digestifs, urinaires, saignements anarchiques, douleurs à la marche…
Cet interrogatoire amènera le médecin à prescrire différents examens (échographie, IRM…)

Traitements
Il n’existe pas aujourd’hui de traitements définitifs de l’endométriose, même si la chirurgie et l’hormonothérapie peuvent endiguer l’évolution de cette maladie durant plusieurs mois ou années selon les cas.
Les traitements suivants peuvent néanmoins permettre de réduire les désagréments de la maladie :
• anti-inflammatoires
• t r a i t e m e n t s hormonaux (pilule contraceptive, stérilet Mirena, injection de progestatif, médicaments entraînant des ménopauses artificielles durant environ 6 mois)
• chirurgie

Endométriose en chiffres !
80% des femmes souffrent de règles douloureuses
10 % d’entre elles qui sont en âge de procréer sont atteintes d’endométriose
25 à 40 % d’entre elles souffrent pendant les rapports sexuels
40 % ne peuvent pas avoir d’enfants
L’endométriose, c ‘ e s t 9,5 milliards d’euros par an en France pour les coûts médicaux et la perte de productivité
7 ans en moyenne pour diagnostiquer la maladie
70 % souffrent de douleurs chroniques invalidantes
0 traitement spécifique à l’endométriose

Mentions Légales    I    Vie privée    I    ©2019 CMCAS Nord-Pas de Calais

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?